Afterparty Bruxelles: cafés mémorables

Afterparty Bruxelles: cafés mémorables

Certes, il y les speakeasy où siroter des cocktails au top, certes, il y a les bars à hipster où prendre le pouls de la ville, mais il ne faut pas non plus oublier le reste. Ces bars foutraques mais plein de charme, ceux qu’on ne sait pas apprécier à leur juste valeur quand on est totalement sobre.

Dans cette catégorie « Afterparty Bruxelles », le combo Barvis et Touche d’Ivoire remporte donc le gros lot. 

Le premier, situé au parvis de Saint Gilles, est connu pour ses soirées karaoké du vendredi et du samedi. Oui, le vrai karaoké fait sans ironie ni second degré parce que tu vois c’est cool de rire de soi. Là, vous retrouverez un public qui a juste envie de s’époumoner, sans se soucier du goût du jour. Classiques français des 80’s? S’il vous plait, remettez moi une louche de France Gall. Tubes estivaux de la communauté brésilienne ou sérénades italiennes, tout y est. 

En fonction du public du soir, vous pourrez également assister à des sessions de slam de rap US rondement menées, le tout dans un joyeux bordel. Pas question d’assister tranquillement assis en sirotant sa bière, le dancefloor est plein et ça chante à tue-tête jusqu’à trois heures du matin.

afterparty bruxelles (1)

Ensuite, les plus téméraires marcheront une vingtaine de minutes jusqu’à la Touche d’Ivoire, dans la rue Américaine -numéro 121. A première vue, c’est calme, mais vers quatre heures, impossible de mettre un pied devant l’autre. Le patron y mixe à l’ancienne, en changeant ses cd manuellement – vous avez bien lu, cds, et pas vinyles -. 
C’est le rendez-vous des noctambules, un peu pompettes certes, mais sans tomber dans le pathétique. Juste assez désinhibé pour refaire le monde sans préambule.

Ici, pas de « comment tu t’appelles? » ou de « qu’est ce que tu fais dans la vie? ». On attaque direct sur des sujets aussi éclectiques que le poids du gabber dans la culture underground belge des 80’s, les relations RussieFinlande ou le vélo dans les parcs naturels britanniques.

Que du bonheur donc, du moins si l’on pense à siroter de l’eau à intervalle régulier pour ne pas le regretter au lever du jour.

afterparty bruxelles (2)

Ecrire une Réponse