Café Pushkin, Moscou

Café Pushkin, Moscou

On aurait aimé que le lieu soit plein d’histoire et ouvert depuis des siècles, tant il a du panache. Mais non, le café Pushkin n’est là que depuis 1999 (pour les français, les pâtisseries peuvent se déguster au Café Pouchkine parisien).

Il s’est tout de même implanté sur le Boulevard Tverskoi, une des plus cossues artères de la ville.

A l’intérieur, la décoration fait tourner la tête et l’espace d’un instant, on aimerait s’appeler Anastasia ou Natasha et devenir une princesse russe. Boiseries laquées, parquet aux motifs entrelacés, appliques en cuivres, et attention aux détails impressionnante, du petit repose sac à main ancien, aux poignées de porte finement travaillées. Le service est au diapason, en costume et affable.

café pushkin

Pour un dessert tardif, quel romantisme, quel cachet. Le chocolat chaud a le bon goût d’être épais sans être trop riche, peu sucré, et mettant bien en valeur des notes cacaotées et boisées. A côté, l’infusion d’argousier et de gingembre nettoie et rafraîchit le palais.

Quant au sucré, il s’inspire de la haute cuisine russe, avec un charme à l’ancienne, et des spécialités oubliées, présentées avec un panache aristocratique.

Prenez ces pruneaux, réhydratés dans le thé mais gardant de la mâche. Ils sont garnis de fromage frais, puis enrobés d’une fine couche de chocolat pour un craquant supplémentaire. Ajoutez une tuile au goût caramélisé, quelques baies compotées et un peu de prune émincée, et vous avez là une jolie manière de clôturer un repas, gourmande mais pas trop sucrée.

Certes, le lieu est touristique, mais il serait dommage de le bouder pour cela, parfois, la foule peut avoir raison.

Bonus: ne manquez pas la salle de bain, avec ses robinets en vieux bronze et ses céramiques peintes. Du grand art.

Si vous ne souhaitez pas vous arrêter aussi longtemps, la boutique de pâtisseries jouxte le Café Pushkin. Là, la déco fait plutôt dans le kitsch néo-classique, entre couleurs pastels, dorures et reproduction de sculptures italienne. L’entremets au yaourt, sous ses pétales de chocolat blanc, cache une génoise à l’amande, des dés de prune confite, et comme une pana cotta au yaourt et à l’amande douce. La déclinaison noisette, quant à elle, associe mini meringues croquantes couvertes de cacao à un biscuit aux noisettes mi dacquoise – mi macaron, et à une ganache pralinée.

café pushkin (1) café pushkin (2) café pushkin (3) café pushkin (4) café pushkin (5)

IMG_4427 IMG_4430 IMG_5021 IMG_5023 IMG_5024

Ecrire une Réponse