Crab Club Saint Gilles

Le Crab Club, c’est le nouveau restaurant de la capitale dont le nom était sur toutes les bouches à son ouverture. Depuis, la foule ne désemplit pas, et nous voulions lui laisser le temps de trouver ses marques. Nous n’avons pas été déçu.

En bande, le lieu est d’autant plus à recommander: vous accéderez au graal du bobo saint-gillois, la cabane caravane au fond du jardin. Table en bois massif, peaux de bête nonchalamment disposées, et odeur boisée façon sauna grâce au poêle ancien.

L’autre avantage à arriver en nombre, c’est la possibilité de ne pas avoir à choisir et de se remettre aux envies du chef. À la bonne franquette, on partage tout, sans chichis. Le but, c’est de se régaler et d’être généreux.

crab club (2)

Pas de légumes, pas de dessert, jamais un lieu n’a aussi bien porté son nom. Philippe Emanuelli et Yoth Ondara sont dingues des produits de la mer, d’autant plus quand ils sont accommodés façon surf and turf. C’est un fil directeur que l’on retrouvera régulièrement durant le repas.

Mais d’abord, on débute par un sashimi de mulet, charnu et tendre, avec une pointe de bergamote, de l’aneth et de l’huile d’olive. Faussement simple, c’est là qu’on se rend compte de la maîtrise qu’il faut pour présenter un produit aussi bon sans esbroufe. Mettre en valeur les ingrédients et non pas les égos, voici un bon leitmotiv.

Passons ensuite aux palourdes servies avec de la fregola, dans un succulent bouillon au persil, vin blanc et ail. Jus concentré mais pas gras, sur le fil, savoureux.

Le porc avec ses coques et son yuzu est un jeu d’équilibriste. D’un côté, le réconfort grassouillet de l’animal, la peau qui croustille, de l’autre, le tranche de l’agrume, la fraîcheur.

Puis vient la star de la table, le fameux crabe. Ici laqué, avec du chorizo, de la coriandre fraîche et du poivre vert. On se lèche les doigts, on salive, c’est régressif au possible et on adore ça. Puis cette chair, quelle chair… des beaux morceaux joufflus comme on en trouve rarement.

crab club (6)

Quant au poulpe, il convaincra même ceux qui trouvent la bête trop caoutchouteuse (oui, elle peut l’être quand elle est mal préparée). Il est servi laqué, accompagné de tranches de radis noir comme du papier à cigarettes: jeu de texture, à la fois tendre et ferme, du grand art.

On termine enfin avec un cabillaud translucide, cuit parfaitement, accompagné d’une sauce relevée comme un curry vert thaïlandais: lait de coco, poivre vert frais, kaffir.

Pas de dessert ici, l’obsession marine est poussée à son paroxysme, et on se concentre sur les entrées et les plats; qui concilient à la fois plaisir gourmand et joie de la découverte, dans des préparations difficilement reproductibles chez soi. Pensez donc à réserver au moins quelques jours à l’avance.

Plus d’infos?
Crab Club
Chaussée de Waterloo 7
1060 Saint Gilles

crab club (3) crab club (4) crab club (5) crab club (13) crab club (14)

Ecrire une Réponse