L’Altru Versu Ajaccio

On continue avec la Corse, ça vous dit? Cette fois ci, allons sur la route des Sanguinaires pour un diner à  l’Altru Versu.

Déjà, le cadre, que vouloir de mieux? On mange quasi les pieds dans l’eau…

L'Altru Versu Ajaccio

Vous voyez? Il suffit de passer par dessus la rambarde et hop…

Et à table? Un jeune chef, David Mezzacqui en cuisine et son frère Jean Pierre en salle, pour une cuisine à base de produits corses, mais modernisée, légère, pleine de saveurs.

Quand on ouvre le menu, on peut lire la liste des producteurs, tous de la région, et déjà ça commence bien: Veau bio de Villanova, safran de Corse, huile d’olive de Felicetu, herbes sauvages gracieusement ramassées par Monsieur Appietto, (comment résister à cette formule?) et j’en passe.

A boire, une succulent vin blanc de Patrimonio d’Antoine Arena. Magnamagnamagnamagna (le son d’une mademoiselle F qui apprécie…)

Madame R – ou maman R si vous préférez – cède sous la pression: Elle est d’accord pour qu’on partage tout, à chaque moitié de plat, on échange les assiettes. Le bonheur de goûter à tout.

Elle débute avec un croustillant de gambas à la menthe (cachée sous la tempura, gambas charnues), crème à la menthe et salinu et huitre végétale.

Pendant que j’attaque le foie gras mi-cuit sur un pain chocolaté et un confit d’abricot au muscat pour une petite pointe d’acidulé. Nous sommes conquises.

Monsieur papa JC n’est pas en reste avec son carpaccio de veau aux copeaux de jambon corse et fromage de chèvre. La viande fond dans la bouche. Même maman R qui a peur de la viande crue (oui oui, vous avez bien lu…) a goûté et aimé. Révolution en vue dans son palais.

La nuit commence à tomber et nous contemplons le coucher de soleil sur les Sanguinaires, la vie est difficile, n’est ce pas?

Et voila les plats. Honneur à l’homme: Filet de bœuf gratiné aux girolles et ventru, jus à la Pietra (une bière corse à la châtaigne). Viande fondante, mais à un point. Le  gras est bien réparti, quasi marbré comme le boeuf japonais. Madame maman R, toujours elle, pas la plus grande carnivore donc, a goûté et a fini elle aussi par dire « magnamagnamagnmagna » une fois le morceau en bouche.

En accompagnement, un gratin dauphinois moelleux, un petit tian avec poivrons, aubergines et courgettes, le tout quasi confit, une purée carotte-patate douce-cumin. Et dans le petit ramequin, de la sauce en plus, qu’on aurait tort de gâcher tant elle a bon goût, un petit parfum de cèpes vient presque s’y nicher.

J’opte pour la pêche du jour: Du sar. Deux beaux filets, servis avec un jus à l’ananas et au safran, un peu sucré mais avec du relief. toujours un petite pointe d’acidité qui va bien. Les accompagnements sont les mêmes, à part que l’on troque de gratin dauphinois contre un flan à l’aubergine et à la menthe (ou à la népita, c’est le débat de la soirée).

Et madame maman R se charge de dévorer le cannelloni de la mer avec son jus à la langouste et émulsion épicée. La sauce est puissante, avec un goût à se rouler par terre.

Pour l’anecdote, je suis aussi difficile pour les poissons et fruits de mer que madame maman R peut l’être pour la viande. Et pourtant, me voila en train de saucer avec un petit bout de pain jusqu’à la dernière goutte…

Monsieur papa JC et son appétit d’oiseau sautent la case dessert, tandis que nous pouvons y résister…

A l’arrière plan, un dessert tout châtaigne, avec un biscuit léger léger, type dacquoise, un mousse à la châtaigne, une glace à la châtaigne.

Et devant, macaron à la pêche avec morceaux de pêche pochée à la badiane en son coeur, un sorbet à la pêche, et quelques gouttes d’un coulis de fraise puissance 100.

C’est beau, très beau.

Un diner succulent de bout en bout, sans fausse note. Que dire à part, nous reviendrons?

(Monsieur et madame étant beaucoup plus chanceux ont déjà pu y aller quatre fois…)

Ah j’oubliais: La note s’élève à 50-60 euro par personne (entrées dans les 15 euros, plats entre 20 et 30 euros, desserts à 8 euros, vin d’Antoine Arena à 36 euros, mais la carte des vins débute à 20-25 euros). Pour la cuisine, la qualité des produits et le cadre, ça reste raisonnable. Pas donné pour une étudiante certes, mais raisonnable donc en regard du service.

L’Altru Versu – Route des Sanguinaires – Les Sept Chapelles – 0495 500 522 (réservation très fortement conseillée)

Ecrire une Réponse