La cuisine palestinienne

On connait tous quelques saveurs du Moyen-Orient mais il est parfois difficile de définir un plat comme appartenant à tel ou tel pays tant les influences se mélangent. Ainsi, quand il s’agit de parler de cuisine palestinienne, de prime abord, on cherche ce qui pourrait la différencier de ses voisins jordaniens ou israéliens.cuisine-palestinienne

Ainsi, Palestine on a plate tombe à point nommé pour combler nos lacunes et surtout nous mettre en appétit.
On aime la fausse simplicité de ces spécialités, comme ces Ijeh, des galettes mi beignet mi omelette garnies d’herbes, d’ail et de piment, servies avec une salsa de tomates et qui feraient un tabac au brunch du dimanche.

Les lents mijotés sont légion. Ces plats traditionnellement rustiques épatent par la complexité de leur goût. Le rummaniyeh, aux aubergines et lentilles, vient être réveillé par de la mélasse de grenade acidulée et tranchante.

Au rayon des mezze, c’est aussi la mise en valeur des légumes de saison, des saveurs brutes qui goûtent le terroir et racontent des histoires. Bien sûr, le hummus est incontournable, et pour l’accompagner, Joudie Kalla livre également la recette des pickles de navets roses.  La Makloubeh, comme une tatin mais au riz et successives couches de légumes confits, est l’un des plats emblématiques de Palestine, qui montre qu’avec peu d’ingrédients, mais des gestes maîtrises, des années de transmission, on peut concocter un festin.

Puis, l’auteure résidant au Royaume-Uni, on découvre des fusions palestino-anglaises réjouissantes comme ces scones au za’atar ou ce cheesecake aux oranges de Jaffa.

Palestine on a plate – Joudie Kalla – Editions Jacqui Small

Ecrire une Réponse