La région d’Eyjafjallajökull

Eyjafjallajökull

Au pied du volcan Eyjafjallajökull se trouve l’hôtel Anna, notre première rencontre avec l’Islande. Arrivée de nuit, retardée de plusieurs heures à cause de la neige (au départ d’Amsterdam, il s’entend). Une fois Reykjavik et ses banlieues dépassées, l’éclairage de la route 1 diminue. Une généreuse centaine de kilomètres à conduire dans la nuit noire, sans appréhender réellement le but. L’inconnu, cela parait toujours plus long à l’aller qu’au retour.

Impossible de deviner si l’on longe la mer ou des champs de lave. Le brouillard réduit d’autant plus le champ de vision. D’un coup, la métamorphose prend corps : nous nous transformons en enquêteurs bourrus sur les traces d’un tueur machiavélique mais moins malin que nous. Les kilomètres qui défilent ne nous font plus peur et se transforment en une berceuse lancinante, nous encourageant dans notre détermination. Le blizzard pourrait s’abattre, il ne détournerait pas de notre quête, celle qui permet à tous les héros de Nordic Noir de raconter une histoire plus grande que la leur, celle qui leur fait enterrer leur égo.

La répétition des images a ce pouvoir. Les soirées passées à la bougie en se blottissant sous un plaid pendant que les épisodes de Hraunið ou Trapped défilent ont permis l’identification. Pourquoi vouloir visiter l’Islande sous un soleil estival quand un hiver glacé porte en lui encore plus de fantasmes.

Au petit matin, un jogging semble être une évidence. Le jour n’est toujours pas levé et cela en devient une raison supplémentaire. De notre pension jusqu’à l’église, nous remplaçons l’enquêteur Helgi. Sa course, il la faisait dans la péninsule de Snæfellsnes, dans l’obscurité. Nous, c’est sous le faussement sage Eyjafjallajökull que nous apprenons les bienfaits du silence, de la noirceur et de la solitude.

eyjafjallajökull

eyjafjallajökull (1)

eyjafjallajökull (5)

Ecrire une Réponse