L’Ermitage, Saint Petersbourg

L’Ermitage, Saint Petersbourg

Ecrire sur l’Ermitage n’est pas chose aisée. Après quelques heures à visiter ces palais décadents, qui ont en plus le bon goût d’abriter parmi les plus impressionnantes collections d’art du monde, on est soufflé par tant de beauté, simplement sans voix.

Dans chaque pièce, c’est une succession d’opulence et de savoir faire. Chaque centimètre carré est utilisé pour montrer ce que l’artisanat et la main de l’homme peuvent réaliser de plus élaboré: chaque plafond est unique, peint et ornementé soit avec des thèmes géométriques qui n’ont pas pris une ride, rendant hommage à différents artistes, ou célébrant la beauté de la nature.

ermitage (1)

Les parquets en marqueterie jouent sur les nuances avec plusieurs variétés de bois utilisées. Quand aux poignées de porte, les voici sculptées, travaillées, et réservant quelques surprises, comme ce serre d’aigle en or, qui range dans sa paume un globe grenat.

Dans les commodes, voici des dessins d’oiseaux, mais en pierres, d’une finesse éblouissante. On cherche l’auteur, la date, et non, il s’agit des meubles « d’agrément » des salles.

Au milieu de tout ça vient se cacher une chapelle, pas moins. Pas de limite pour les fastes, difficile de savoir où donner de la tête. Là, une pièce d’un bleu layette lumineux, moulures en marbre sur tous les murs, comme un gâteau de mariage grandeur nature. Ici, un rouge rubis, et d’époustouflantes natures mortes de maîtres flamands. L’un reproduit des scènes de chasse tandis que l’autre se prend de passion pour le comestible: étal du poissonnier avec les phoques et les homards, chez le volailler, entre cygnes et perdrix.

Quant aux colonnes de malachite, avec ces techniques de mosaïques russes, elles semblent être de dansantes volutes. Ajoutez des lustres à pampilles en cristal et en or, et ne laissez aucune place pour la modestie, et vous comprendrez que le lieu a de quoi faire tourner la tête.

Dans la section Russe, ne manquez absolument pas les différents appartements, qui retracent l’évolution des styles architecturaux, du salon rococo au bureau en bouleau de Carélie. Mais le clou du spectacle, c’est cette bibliothèque du Tsar Nicholas II. Toute en bois, avec son escalier massif, sa cheminée et ses formes gothiques, elle est à pleurer de beauté si vous êtes des amoureux des livres.

ermitage (6) ermitage (12) ermitage (14) ermitage (15) ermitage (17) ermitage (21) ermitage (27) ermitage (30) ermitage (35) ermitage (43) ermitage (48) ermitage (49) ermitage (55) ermitage (56) ermitage (58) ermitage (60) ermitage (61) ermitage (64) ermitage (65) ermitage (67)

Ecrire une Réponse