Liquides Imaginaires

Liquides imaginaires

Voici une marque de parfum qui cherche du sens: Liquides Imaginaires. Après avoir ouvert le bar à parfum parisien Liquides, Philippe di Méo s’est associé à David Frossard pour lancer cette gamme spirituelle. 

liquides imaginaires

Divisée en trois lignes comprenant chacune trois parfums, elle décline le magique et la métaphysique, et l’on entend déjà les potions bouillonner dans des alambics des temps modernes. 

Les Eaux Delà en appellent à l’ésotérique. Voici tout d’abord Sancti, alias la minéralité de l’eau bénite et les effluves des églises. On navigue entre la fraîcheur de la pierre, l’odeur du bois de pin ciré et la myrrhe qui fume. 

Fortis est tout en chaleur boisée, et nous enrobe avec son ambre crémeux et son alliance de bois (gaiac, agar). Quant à Tumultu, il surprend. Sur le papier, on s’attend à un cocktail de lait de coco et pomelo, mais le résultat est froid, élégant dans sa pureté lactée. 

Les Eaux Sanguines s’inspirent des meilleurs des breuvages. Trois crus, trois teintes, qui invoquent le mystère sans tomber dans les clichés gothiques. Ainsi, le sexy Dom Rosa décline le pétillant festif du champagne et la gourmandise d’une confiture de pétales de roses, tandis que Bloody Wood infuse le jus de cerises dans des fûts de chêne. 

Enfin, Bello Rabelo s’inspire des vins de Porto qui sont parfois macérés avec des fruits secs. On y retrouve tout d’abord des notes anisées, presque comme de l’antésite ou de la réglisse danoise, puis viennent ensuite une alliance entre la verdeur de l’immortelle et l’épicé des fruits compotés. 

Le dernier triptyque – Eaux Arborantes – passe donc l’arbre à la tronçonneuse. Les racines qui s’enfoncent dans la terre, ce mélange de mousse humide et de champignons, c’est Tellus. Une odeur de humus mais magnifiée, sans compromis, et qui ne cherche pas à arrondir les angles. 

Saltus nous fait voyager dans le tronc, où la sève est concentrée: notes de résines, ambiance camphrée et balsamique, puis, soudainement, vient la gourmandise de la marmelade, du confit doux et amer à la fois.

Dans les sommets, enfin, voici Succus. Solaire, il ose tout, combinant fleurs écloses et fruits mûrs, piquant du gingembre et zesté de la mandarine. 

Cette escalade olfactive des plus réussies confirme le pari de Liquides Imagines: proposer un projet de parfumeur qui dépasse l’idée marketing et qui séduit par sa cohérence. 

Ecrire une Réponse