Magnus au Brussels Summer Festival

Magnus au Brussels Summer Festival

C’est au Mont des Arts que nous avions pris rendez-vous avec Magnus, pour la troisième fois. Dans le public se mélangeaient des fans du duo électro formé par Tom Barman et CJ Bolland, des curieux avides de découvertes, ou des amateurs de dEUS qui souhaitaient voir de quoi il en retourne.

magnus brussels summer festival 2015 (5)

Le concert s’ouvre avec un Rhythm Is Deified qui met dans le bain en un instant: ce soir, ça va swinguer, l’espace public deviendra un dancefloor. Tim Vanhamel de Millionaire est également de la partie et l’alchimie opère. Nous assistons à une communion musicale entre tous les membres, qui s’éclatent, entre mix bien sentis, jeux de jambes plein de pep’s et punch à revendre.

Comme toujours, la présence de Tom Barman est indéniable, du charisme et de l’énergie brute. Tour à tour smashant dans l’air, sautant, scandant, il n’y rien de plus réjouissant (et communicatif) que de le regarder prendre son pied sur scène.
Magnus n’a pas besoin d’astuces faciles, oubliez les “maintenant, tapez dans les mains” et autres “tabadabada, répétez après moi, tabadabada”, le spectacle est à prendre ou à laisser, entier et sans concession, c’est ça qui est si bon.
Après le flow de Catlike, on enchaîne sur French Movies alias dEUS à la sauce électronique. Sur Regulate, la voix de Tom Barman prend des accents métallisés, ce qui lui réussit bien.

Nous retrouvons le quart d’heure de mix de CJ Bolland, où la distorsion de sons prend de l’ampleur. On alterne entre hommage à la techno allemande old-school, envolées très Space Invaders et références New-Age à Front 242 (petit aparté, oui, ce clip est bien signé Anton Corbijn), en faisant monter la pression progressivement.

Au moment des rappels, Tomas De Smet, le bassiste de Zita Swoon se joint au groupe. Voici un Everybody Loves Repetition qui commence de manière plus lente et sensuelle durant le premier couplet, et monte en puissance progressivement.

A la fin de ce concert, nous en sommes convaincus, la magie Magnus opère toujours, et ce ne sont pas les spectateurs autour de nous, qui ont également passé la soirée à se déhancher qui nous contrediront. On en redemande !  

Ecrire une Réponse