Nostalgie #7 – Vence: Les Bacchanales, Christophe Dufau

A vrai dire, c’était même avant, quand les Bacchanales se situaient dans la Grand Rue du charmant village de Tourrettes sur Loup, il y a presque cinq ans de ça.
Monsieur G et Mademoiselle F s’étaient rencontrés depuis quelques mois seulement, et Mademoiselle voulait faire plaisir à Monsieur en l’invitant dans un bon restaurant de son village pour fêter sa venue.

 

C’est donc en tant que voisine qui louche (et bave) sur les changements de menu toutes les semaines, que je passais  la porte. Et voila donc un menu quatre services, mais d’abords quelques amuse bouche, avec ces fameux gressins (olive noire ou nature), à tremper dans un succulent pesto. Gressins frais, pas secs comme ce qu’on connait d’habitude, et à la bonne saveur d’huile d’olive.

 

flag uk

A now starred chef in Vence, we went there when his restaurant was in Tourrettes sur Loup. Local cuisine, with fresh herbs, products coming from the region and a really down to earth and sensitive approach to food: Bream with salsify in tempura and spring onions, veal loin with old fashioned vegetables in chips and roasted. Bad point? Dessert, eventhough delicious (and especially because it was so good, a smooth maracuja cream, want more!), was a bit small.dufau
Même si nous ne nous connaissions pas depuis longtemps, nous avions déjà la gourmandise comme point commun, et avions partagé tous les plats, afin de goûter aux plus de choses possibles. Ici, une entrée toute en fraicheur, avec morceaux de homard, quelques feuilles de mâche, et artichauts. C’est une cuisine légère, très subtile, où ce qui prime est le goût du produit.
dufau (1)
Toujours dans la ligne « mettre en valeur des ingrédients de qualité », des ravioles au porc noir, grosses câpres et vanille. Le tout dans un bouillon léger. Subtil et original.
dufau (3)
Voila LE plat qui m’a fait aimer les salsifis (que beaucoup associent à ces légumes fadasses et mous dans des sachets surgelés, erk). Ici, ils sont frais donc avec une texture proche de l’asperge. Passés dans une tempura légère, et avec un beau filet de bar, quelques oignons nouveaux juste tombés, un peu d’olives-anchois et voila.

Succulent, le goût du terroir sublimé.
dufau (6)
Monsieur G opte pour une cocotte de veau et ses légumes anciens. Certains sont confits, d’autres en chips, d’autres simplement cuits à l’étouffée. Avec un jus corsé au romarin, et toujours ces produits délicieux, viande fondante, carottes – panais – betteraves pas fadasses pour un sou.
dufau (5)
Ensuite arrivent les fromages, de la fromagerie des Courmettes, je vous en avais déjà parlé, les meilleurs de la région.
Puis un dessert, toujours de saison (vous avez deviné que nous étions là en hiver, légumes racines et compagnie pour preuve), avec une tartelette (toute petite, toute petite, moi pas contente) au maracuja. Elle est délicieuse mais ça n’est pas un dessert, plutôt une mignardise.

 

La douloureuse? A l’époque, environ 40 euro par personne pour les 4 services (maintenant, c’est 50) + le vin, donc compter 55 euro par tête.

 

Verdict: Local, délicieux, joli et appétissant. Mais il y a un mais, portions légères. Aller dans un restaurant raffiné qui dépasse notre budget habituel, oui, mais sortir en ayant encore un peu faim, non. C’est surtout le dessert qui avait été frustrant, une bouchée et paf fini. Dommage tant il était bon.

Sinon, pour la qualité des produits, la manière dont ils sont travaillés et la saveur des plats, simplement, c’est évidemment à conseiller, on se régale.

 

Lors de notre prochain passage, à Vence désormais, le restaurant ayant déménagé, nous y retournerons pour voir comment les choses évoluent (entre temps le restaurant s’est paré d’une étoile Michelin).

 

Les Bacchanales – 247 avenue de Provence – 06140 Vence

dufau (8)

Ecrire une Réponse