On y était: Mew en concert

De passage à Amsterdam, le groupe danois ne pouvait trouver meilleure salle que le Melkweg (la voie lactée en VF) pour sa musique aussi céleste.

Avec leur pop accrocheuse et planante, le quintette excelle dans l’art délicat de composer des mélodies qu’on a envie de chantonner sans tomber dans le gnangnan. On est en équilibre, sur le fil, mais toujours du bon côté. Imaginez des airs punchys, entêtants, à la fois doux et amers, mais avec un énorme travail sur le rythme qui ne recherche pas la facilité.

mew en concert

Si nous devions mettre le groupe dans une case, il faudrait imaginer une alliance entre les Pet Shop Boys, les envolées nordiques à la Sigur Ros, et une pointe de Math Rock (oui, vous savez, cette dissonance harmonique, ces rythmes qui sortent des sentiers battus et rendent la chose intéressante).

Ajoutez un son dense, assez métallique, parfait pour autant faire vibrer les petites salles que les grands stades, faites fonctionner la magie et voici.

Chaque titre se divise en fait en plusieurs mini titres, accumulant les différents niveaux d’harmonie. De quoi reléguer le duo couplet / refrain au placard.

La voix haut perchée de Jonas Bjerre a l’élégance de ne pas chercher le tour de force et l’exploit, non, elle oscille, vacille et se perd dans des méandres mais avec une fausse nonchalance, une apparente facilité qui la rend encore plus fascinante.

C’est cette recherche de la limite qui est passionnante, où l’on combine le beau, le bombastic et l’intelligent, pour un vrai concert qui fait du bien, tout simplement.

 

Ecrire une Réponse