13 choses qui n’arrivent qu’à Moscou

13 choses qui n’arrivent qu’à Moscou

– À Moscou, une partie des hommes attend. Qu’ils soient gardiens à l’entrée de restaurants, bars, bâtiments, ou chauffeurs de voitures rutilantes patientant pour leur patron, en smoking.

– La mode est au jean coupé aux genoux, façon grunge. On se maquille globalement peu, mais les ongles sont colorés, parfois avec quelques « accents » comme un doigt décoré de strass.

– Par contre, dès que l’on va dans la périphérie, le duo homme en survet’ Adidas et femme en jupe courte et talons haut refait légèrement surface.

– Oubliez les passages piétons. Les boulevards sont tellement larges que les traversées souterraines sont légion.

moscou (4)

– Le métro est d’une profondeur de 85 mètres, conçu pour être aussi un abri contre les bombes. Sur les anciens Escalators, il est donc parfaitement normal d’avoir de légères crises de vertige.

– Dans son 4×4, on flambe un peu en recouvrant les sièges de peau de bête.

– Le métro est tellement bien organisé qu’il y a un sens entrée, un sens sortie. Même en heures de pointe, on se déplace de manière fluide, et sans bousculade.

– Moscou est propre comme une rouble neuve. Ici, on nettoie tout. On dépoussière les bancs en marbre de la ville, on lessive les panneaux des gares indiquant les destinations. Même les vitres des trains express sont étincelantes.

– En bas de chaque escalator du métro, une Madame Escalator nous regarde, blottie dans sa cabine en verre.

moscou (2)

– Etre habillé en créateurs ostentatoires de la tête aux pieds et se faire un selfie devant des sculptures à l’effigie de la Faucille et du Marteau? Only in Moscow

– Pour s’immuniser, rien ne vaut la technique qui consiste à se passer ses microbes régulièrement. Ainsi, les sculptures porte bonheur du métro se font embrasser et toucher les pieds par nombre de navetteurs. Station Place de la Révolution (bactérienne).

– Les chiens sont inexistants, et la ville reste donc propre. Voici au moins un avantage à être dans une métropole aux loyers faramineux.

– A Moscou, où l’on s’attendait à des têtes blondes aux yeux bleus, il y a heureusement plus de diversité, grâce aux habitants originaires de l’Est de la Russie ou des pays voisins ex-communistes. Malgré cela, tous ceux paraissant plus asiatiques semblent être considérés comme des citoyens de seconde zone, travaillant à distribuer des prospectus ou dans les restaurants à thème, déguisés de manière folklorique. Ne reste plus qu’à espérer que cette impression de touristes de passage soit erronée.

moscou (1)

Ecrire une Réponse