The Tragedy Of Lord George par Penhaligon’s

The Tragedy Of Lord George

Le parfumeur britannique Penhaligon’s nous narre sa dernière histoire grâce à ses portraits. Chapitre I. Quatre fragrances, quatre identités distinctes. Tel un jeu de Cluedo dans un manoir de Mayfair, chaque protagoniste a ses secrets. The Tragedy Of Lord George part du dicton «il ne faut pas se fier aux apparences».

Ainsi, avec son flacon surmonté d’un fier cerf, on l’imagine sentir les sous bois, le cuir et la chasse. Mais il est plus complexe. Certes, on y retrouve des notes de cognac, à siroter au coin du feu tel un dandy. Mais c’est pour laisser la place à une douceur poudrée, à une sensation de propre si caractéristique de Penhaligon’s.the-tragedy-of-lord-george

Le savon du barbier, contenant une pointe de lavande et un zesté apaisé, s’associe à la sensuelle fève tonka. Cette dernière apporte une touche lactée, une pointe d’amande douce et de vanille qui glisse sur la peau.

Faussement traditionnel, cet aristocrate oscille. La nuit, voici la chaleur de l’ambre, la lueur tamisée, le confort d’un chesterfield. Puis au petit matin, des notes boisées demeurent, simplement rehaussées d’une fraîcheur presque innocente.

Dans ce théâtre des apparences, voici également les trois autres temps forts: The Revenge Of Lady Blanche – narcisse et iris poudrée, The Coveted Duchess Rose – rose et mandarine, et Much Ado About The Duke – tel un cocktail au gin et à la rose poivrée.

Plus d’infos?
The Tragedy Of Lord George, une création d’Alberto Morillas
Penhaligon’s Portraits – Disponible dans les bonnes parfumeries

Ecrire une Réponse